Plateforme de services, d'outils et de formations innovantes pour les photographes francophones

Notre mission : accompagner les photographes qui souhaitent développer leur passion en un métier.
Notre vision : adapter et commercialiser des solutions internationales pour les photographes francophones.

1 Avr 2016
catégorie
réactions
0 réactions

Connaissez-vous Tesla ? C’est le fameux constructeur de voitures électriques. Si vous ne le connaissez pas encore, les médias s’en chargeront, car aujourd’hui est une journée historique pour l’automobile.

Mais également une journée historique pour les entrepreneurs. Car la raison pour laquelle je veux vous parler de Telsa aujourd’hui, ce n’est pas pour les voitures, mais pour sa source d’inspiration pour nous les photographes.

Véritable visionnaire, Elon Musk développe des stratégies audacieuses, ingénieuses et très inspirantes. Il est considéré comme le nouveau Steve Jobs. Tout comme Tesla est souvent comparé à Apple.

INNOVATION MARKETING :
Tesla dépense peu en communication et publicité. Ce sont les journalistes qui se chargent de communiquer sur leurs innovations, leurs projets et leurs produits. La cause de cette pub gratuite ? Leur « Unique Selling Proposition » de malade. Car c’est totalement singulier une marque de voitures à la fois sportives, ultra-design et totalement écologiques ! Tesla = Technologies électriques et la division automobile n’est qu’une partie de leurs activités.

INNOVATION COMMERCIALE :
Tesla est l’une des rares « grosses » entreprises à faire le pari du financement participatif pour ses projets. En effet, son nouveau modèle Model 3 lancé ce jour, ne sera pas livré avant fin 2017. Pourtant les clients se pressent de la réserver avec le versement d’un acompte de 1.000 €. En moins de 24 heures, plus de 100 000 précommandes ont été enregistrées.

INNOVATION SOCIALE :
Tesla est une marque dite « Premium », voire même de « Luxe ». Pourtant, malgré des niveaux de vente convaincantes, elle n’est toujours pas rentable. Et c’est pour gagner en rentabilité financière qu’elle lance son Model 3. Un véhicule « 2.0 », vendu à un prix accessible : 30.000 €. Un tarif identique à une Peugeot 308, une Renault Mégane ou une VW Golf haut de gamme, les frais d’essence (et de TVS) en moins à l’usage.

Avec ses innovations marketing, commerciale et sociale, Tesla bouleverse toute l’industrie de l’automobile. À partir d’aujourd’hui, une nouvelle page de l’histoire de l’automobile est en train de s’écrire. Les constructeurs historiques n’ont pas d’autre choix que de s’adapter à ce bouleversement provoqué par Tesla et entrer dans une nouvelle ère technologique et sociale.

Nous autres photographes, nous avons déjà vécu un tel bouleversement technologique avec le numérique. Cependant celui-ci n’était que le point de départ de bouleversements actuels et à venir. Et au-delà de l’aspect technique et artistique, notre métier se doit de se rénover. Que ce soit au niveau de notre gestion, de notre productivité et surtout de notre offre, afin de s’adapter aux mutations de notre société.

C’est la mission de la formation « Photographe Version 2.0.16 » de vous apporter des pistes de réponses pour développer vos stratégies de gestion, de production et de marketing différentes afin de s’adapter au monde d’aujourd’hui.

18 Mar 2016
catégorie
réactions
0 réactions

Primark

Avec sa politique de prix très serrés et ses efforts pour coller aux dernières tendances, l’enseigne irlandaise séduit aujourd’hui tous les âges et les milieux sociaux, ../..

Le succès s’explique aussi par la crise de 2008. « La paupérisation des classes moyennes a rendu le consommateur plus malin, prompt à se satisfaire d’un rapport qualité prix “good enough”, pour pouvoir continuer à se faire plaisir », ../..

Car Primark est à la mode ce qu’est Lidl à l’alimentaire, Logan à l’automobile ou Ikea à l’aménagement de la maison.

Extrait de l’article « Primark : le bulldozer de la mode à prix cassés » – Les Echos

Destiné au départ à une cible dite « populaire », le « Low-Cost » est aujourd’hui adopté par toutes les classes sociales du marketing.

Toutes les industries sont bouleversées par ce modèle économique. Et même les plus grandes marques « Premium » s’adaptent à cette stratégie de prix.

Mais qu’est-ce qu’en réalité le business model du « Low-Cost » ? Tout simplement proposer un produit/service au meilleur rapport qualité/prix.

Et pour obtenir un prix, il faut faire l’impasse du superflu. C’est une logique que les consommateurs comprennent. Les options annexes étant facturées.

Le terme « Low-Cost » se traduirait donc plutôt ainsi : payer ses produits et services à leurs justes valeurs et selon ses besoins/exigences.

Les conséquences bénéfiques de l’adoption de cette stratégie :
– un potentiel de clients bien plus large,
– une fréquence d’achat plus importante,

Mais en plus, cela développe un marketing de bouche à oreille important. Avec pour bonus des frais et du temps de conversion client bien moindre (marge +++).

Pour nous autres photographes, que retenir de cette stratégie commerciale pour nous adapter à l’inexorable mutation des comportements des clients ?

Les stratégies commerciales du « Low-Cost » sont des inspirations étudiées lors des formations « Photographe Version 2.0.16 ».

26 Jan 2016
catégorie
réactions
0 réactions

Quand on est un jeune de moins de 20 ans et qu’on habite en France, et qu’on vous pose la question : « Pour vous l’entreprise, c’est quoi ? ». Ben vous répondez trois mots en spontané : « L’entreprise elle est dure, elle est cruelle et c’est une jungle. »

Ça c’est quoi ? C’est l’héritage d’une génération de quadras ../.. qui entretenait avec le travail un rapport sacrificiel.

Et c’est peut-être politiquement incorrect de le dire, mais la majorité des Français n’aiment pas travailler. Ils ne kiffent pas du tout, ce n’est pas du tout un accomplissement d’aller au boulot.

On vit pour les RTT, on vit pour les week-ends, on vit pour les vacances et surtout on vit pour la retraite. On perd sa vie à la gagner, cool !

Ils s’inscrivent dans un grand mouvement. Une tendance lourde de sociétés. Puisqu’avant c’était bien l’entreprise qui faisait l’honneur à un collaborateur de lui donner un travail. Et ce collaborateur qui dans une posture de subordination était redevable à l’entreprise de lui donner un job.

Ensuite la génération Y est arrivée et là on a effectivement un petit peu changé les règles du jeu. On est passé d’un rapport de subordination à un rapport de collaboration.

Et vous avez vu arriver dans l’entreprise des Y comme des « Lucky Luke » qui ont dit aux boîtes « Attend montre-moi un peu ce que tu as à me donner et je te dirai si j’ai envie de m’engager ». On est dans du deal, du « win/win », à court terme.

Et puis la génération Z en fait, elle achève cette transformation et qu’est ce qu’elle dit ? Elle dit que finalement ce n’est pas l’entreprise qui va me faire l’honneur de me donner un taff (travail), c’est moi qui vais faire l’honneur à une ou plusieurs entreprises de mettre à disposition mes talents et mes compétences.

Autrement dit le changement de paradigme est total, le centre de l’emploi, ce n’est plus l’entreprise, ça devient le Z.

Là où la génération Y était l’entrepreneur de sa vie professionnelle, le Z achève complètement la transformation, il est entrepreneur tout court de sa vie professionnelle. Il devient son propre boss (patron).

La plupart des métiers qui existeront dans le monde d’ici cinq ans n’existent pas encore. Alors que dit le Z ? Le Z dit alors :

Je ne comprends pas ? Dans un monde régit par l’obsolescence des compétences, où rien ne sera plus jamais pour jamais, à quoi ça sert d’avoir un Bac plus mille pour préparer un job qui n’existe pas encore ?

À quoi ça sert l’école ? À quoi ça sert le diplôme ? Comme une sorte de tampon indélébile, qui marque à vie une expertise ?

« Bonjour je m’appelle Roger, 55 ans, ISEAD 90. »

Le Z dit on est débile ou quoi ? Et là où la génération Y est entrepreneur de sa vie professionnelle, le Z dit qu’il sera entrepreneur de ma formation.

Ce texte est un extrait de l’intervention d’Emmanuelle Duez, une personnalité dont je vous invite à écouter ses nombreuses chroniques, interviews et autres interventions.

Car aujourd’hui 26 janvier 2016, c’est jour de « sport culturel national » : comprenez jour de grève. Au-delà des revendications « variables », il y a systématiquement lors de ces jours de grèves des symboles culturels forts :

  1. Des revendications pour maintenir un statu quo des manifestants,
  2. Des manifestants qui veulent des solutions de la part des gouvernants,
  3. Des gouvernants totalement dépassés face à un monde qui évolue plus vite que leurs idées basées sur des modèles « préhistoriques »…

L’évolution est là, le changement est permanent et nous ne pouvons plus nous permettre de perdre du temps à vouloir maintenir un statu quo. Car quoi qu’il arrive, le monde bouge et les changements se feront.

La question sera : avec ou sans vous ? Êtes-vous prêt à passer à l’action ?

Ce sujet vous interpelle ? Souhaitez-vous être accompagné face à ces changements ? PlancheContact vous propose la formation « Photographe Version 2.0.16 ».

4 Déc 2015
catégorie
réactions
0 réactions

Avec internet, de nouveaux modèles économiques ont été développés, tels que Uber ou AirBnB. Cela bouleverse tous les corps de métiers.

Par effet domino, au niveau du marketing et de la communication, de nouveaux arguments sont à privilégier par rapport aux autres dits « traditionnels ».

Cela concerne plus particulièrement les métiers dits de « services à la personne ». La priorité du consommateur est le niveau de confiance confiance.

Et dans cette nouvelle économie « connectée » et « collaborative », les prestataires doivent prouver en plus de leur niveau de compétences, construire et valoriser leur niveau de « savoir-être ».

Voici un extrait d’un article du magazine WIRED – « Comment AirBnB et Lyft obligent les Américains à se faire confiance les uns aux autres ? » :

Dans ce processus, nous sommes entrés dans une ère où notre niveau d’intimité est connecté à internet ../.. C’est plus qu’un choc économique. C’est une rupture culturelle, rendue possible par une série de mécanismes, d’algorithmes et de systèmes finement reliés à des récompenses et des sanctions ../.. Un ensemble d’outils numériques qui nous permet et qui nous encourage à développer notre confiance en l’humain.

Ce sujet vous interpelle ? Souhaitez-vous être accompagné face à ces changements ? PlancheContact vous propose la formation « Photographe Version 2.0.16 ».

11 Sep 2015
catégorie
réactions
0 réactions

20150911_BostonConsultingGroup

Le bouche-à-oreille direct a quatre à cinq fois plus d’impact sur l’acte d’achat que les médias traditionnels et les réseaux sociaux. ~ The Boston Consulting Group

Malgré la progression du tout digital de notre société et les bombardements publicitaires, le bouche-à-oreille reste la meilleure stratégie marketing à ce jour.

Le « bouche à oreille » est une forme de communication entre deux personnes. Et à l’ère du digital, les moyens de communication sont pourtant nombreux et faciles.

Donc qu’est-ce qui diffère une forme de communication envers une autre ? C’est la nuance entre un échange et un transmission de message.

Aujourd’hui, nous privilégions les formes de communication dites « verticales » : les affirmations publicitaires. A l’opposé, se trouvent celles dites « collaboratives ».

Une affirmation « verticale » est issue d’une autorité, alors d’une communication « collaborative » s’effectue entre des personnes réunies par des valeurs.

De cette nuance, se développe une émotion indispensable pour développer la recommandation par le biais du bouche à oreille : la confiance.

When we’re surrounded by people who believe what we believe something remarkable happens: Trust emerges. ~ Simon Sinek

En français :

Quand nous sommes entourés de gens qui partagent nos valeurs, quelque chose de remarquable se développe : La confiance. ~ Simon Sinek

Une idée puissante, simple et bon marché (en terme financier). Qu’attendons-nous pour valoriser et communiquer nos valeurs ?

10 Sep 2015
catégorie
réactions
3 réactions

Adobe Photoshop Fix - Apple iPad Pro

Ce mercredi 9 septembre 2015, c’était « Keynote » chez Apple. Cependant les journalistes et les observateurs semblent être déçus par les annonces.

Pourtant, à y regarder de plus près, une véritable {r}évolution se profile pour les photographes avec la sortie d’un nouvel iPad Pro et de l’Apple Pencil.

Question technique, l’iPad Pro a une puissance quasiment identique à celle d’un MacBook Air (voir Pro). Une prouesse technologique invisible, mais incroyable.

Et pour les photographes professionnels, le nouvel iPad Pro pourrait à terme remplacer nos ordinateurs traditionnels.

Car la révolution n’est pas à regarder uniquement du côté matériel, ni même du côté des nouvelles fonctions d’iOS 9 (le système d’exploitation).

Mais des synergies entre les matériels (hardwares) avec les logiciels (softwares), le tout ensemble réunis dans un but de simplicité d’usage au quotidien :

Toutes ces choses combinées permettront aux photographes d’oublier de plus en plus la complexité de l’informatique et ainsi toujours plus se focaliser sur leur mission prioritaire : transmettre leurs visions en images.

C’est exactement ce qui s’appelle en marketing les BENEFICES pour les clients. Car les SPECIFICITES et les AVANTAGES offerts par les innovations ne sont pas des éléments déterminants à la vente.

Ce qu’un client/photographe réclame, ce n’est pas un niveau de puissance précis, de nouvelles innovations, des fonctions logiciels qu’il ne sait pas comment les exploiter.

Le véritable besoin d’un photographe, c’est d’avoir des outils puissants, précis, ergonomiques et simples à employer.

« Designed in California by Apple« , c’est plus qu’un slogan. Car malgré « l’Apple Bashing » actuel sur les nouveautés de cette rentrée, Apple est et restera, une marque de légende.

8 Sep 2015
catégorie
réactions
0 réactions

Voici un extrait du film « Up in the Air« . Dans ce film, « Mr What Else ? » expose lors de conférences une philosophie de vie : « What’s in your backpack ?« .

Celle-ci est symbolisée par un sac à dos dans lequel embarquons des choses pesantes. Celles-ci sont matérielles : équipements, charges financières, etc. D’autres les plus lourdes sont « émotionnelles » : les dogmes & les idées reçues, les avis des autres, etc.

Maintenant que toutes ces choses sont chargées dans le sac, nous constatons que c’est très lourd à porter. Et l’ensemble de ces poids sur le dos ne nous permet pas de réagir rapidement. Et lorsque des dangers nous guettent, il est difficile de se sauver et nous manquons d’agilité.

Vers la fin de cet extrait, le discours se conclut par cette affirmation :

The slower we move the faster we die.

Soit en français :

Plus lentement nous avançons, plus rapidement nous disparaîtrons.

Concrètement, quel rapport vis-à-vis de la photographie professionnelle ?

Nous avons une tendance à croire qu’il nous faille toujours l’équipement le plus « professionnel » (le plus performant, le plus gros, le plus cher…). Mais nous oublions que tout cela sont des charges – financières, volumétriques, etc. – avec lequel nous devrons gérer pour un temps plus ou moins long.

Par exemple il y a certains conseils de collègues qui vous diront qu’il vous faille gérer tout par vous-même. D’autres qui vous diront qu’il faille un ordinateur avec telle puissance. D’autres vous diront que vous devez avoir tels logiciels ou encore suivre telle formation…

Oui ces conseils, sont certainement valables sous certaines circonstances. Mais qu’en est-il lorsque de conjonctures nouvelles et/ou en évolutions permanentes ?

Je ne dis pas qu’il faille investir dans des équipements bas de gamme, ni que vous vous pouvez vous contenter d’un ordinateur low-cost et encore moins de fuir les workshops.

Ce que je vous recommande, c’est de vous recentrer sur ce que vous aimez faire, vous équiper selon vos propres besoins et vous former sur ce qui est indispensable à maîtriser selon vos besoins.

Soyons flexibles, voyageons léger et ainsi nous pourrons agir plus rapidement face aux évolutions et changements de notre société.

 

4 Sep 2015
réactions
0 réactions

La WPPI 2016 avec PlancheContact

Las Vegas accueille chaque année un événement dédié aux photographes de portrait et de mariage : la convention de la WPPI.

Pourquoi un tel engouement pour la WPPI ? Pourquoi c’est si intense et motivant ?

La WPPI, c’est un ensemble d’activités : du dépaysement (Las Vegas), des formations, un salon professionnel, des soirées…

D’excellentes conditions qui facilitent de nouvelles rencontres, des débats riches, des partages sous différents angles… Et surtout au final une expérience puissante.

Il est très difficile de décrire les émotions qui découlent d’une participation à la WPPI. Et le plus simple est tout d’en faire l’expérience par vous-même !

Venez vivre l’expérience WPPI en français avec l’équipe de PlancheContact ! Car en plus de vous soulager la pénible étape du formulaire de réservation en anglais, notre offre contient des services complémentaires :

  • AVANT DE PARTIR : conseil pour les différentes réservations (avion, hôtel, voiture…),
  • PENDANT LE SEJOUR : assistance sur place à Las Vegas par l’équipe PlancheContact,
  • DE RETOUR EN FRANCE : partage de différentes ressources et informations…

Bref un ensemble de solutions qui vous permettent de vivre sereinement et en français l’expérience de la WPPI, bénéficier des rayons de soleil de Las Vegas et de toutes ces énergies positives !

PROMOTION JUSQU’AU 30 SEPTEMBRE 2015 :

  • 299€ au lieu de 449€ – pour les « nouveaux »,
  • 199€ au lieu de 299€ – pour les « revenants » et les accompagnants,
  • BONUS : une année d’adhésion officielle à la WPPI.

Attention, cette offre est valable jusqu’au 30 septembre 2015 uniquement. Les inscriptions seront ensuite clôturées au 30 novembre 2015.

JE VEUX EN SAVOIR PLUS


La WPPI a inspiré des initiatives françaises dont PlancheContact est très fier d’en être l’un des partenaires :

La Crazy Rêve{olution} Party

Crazy Rêve{olution} Party 2015

Cette soirée est organisée en marge du Salon de la Photo de Paris, par Sophie Protat et Sylvie Lézier. C’est une occasion unique de rencontrer des photographes de toute la France et de partager.

Lors de cette soirée, plus d’étiquettes, aucunes distinctions, oubliez les générations. C’est de la convivialité, de la joie et de la bonne humeur ! Plus qu’un rendez-vous, une tradition !

Les Journées Pep’s

Les Journées Pep's 2015 à Paris

Ces deux journées de formations photographiques sont une initiative d’Amélie Soubrié et d’Agnes Colombo, qui rassemble de nombreux acteurs de la photographie professionnelle d’aujourd’hui.

Une expérience inédite en France pour découvrir différentes facettes du métier et sous différentes thématiques : marketing, droit, web, workflow et bien entendu d’images !

2 Sep 2015
catégorie
réactions
0 réactions

Dans le futur, les photographes ne captureront pas que des moments. Ils guideront leurs clients à exprimer et partager leurs émotions… ~ Jesh de Rox

Il y a presque autant de photographes qu’il y a de télé(smart)phones. La photo n’a de cesse d’être démocratisée et de plus en plus d’amateurs excellent.

Quelle sera alors la différence entre un artiste photographe professionnel comparativement à un amateur ?

Certes le SAVOIR-FAIRE est accessible au plus grand nombre. Mais le SAVOIR-ÊTRE, cette capacité à invoquer des instants « entre parenthèses », c’est une magie que la technologie ne pourra pas remplacer de si tôt.

Et il en est de même pour notre INTENTION, cette vision qui guide les artistes à concrétiser leurs idées. Les avancées des algorithmes pour le développement des intelligences artificielles sont encore très loin d’être au point.

Oui nous avons des besoins pragmatiques et pratiques de maîtriser nos techniques, nos outils. Mais n’oublions pas que tous ces SAVOIR-FAIRE ne sont rien si nous n’entretenons pas notre SAVOIR-ÊTRE et notre capacité à développer notre INTENTION d’artistes.

31 Août 2015
catégorie
réactions
0 réactions

Abraham Lincoln © Creative Commons

Les dogmes du passé paisible sont inadaptés au présent tempétueux. […] Puisque nous sommes confrontés à du neuf, nous devons penser neuf et agir neuf. ~ Abraham Lincoln

Une citation inspirante en cette veille de rentrée. Une période propices aux « bonnes résolutions » et aux actions nouvelles.

Le monde bouge et la société évolue. Cependant nous craignons tous les changements et nous nous voilons la face avec des « dogmes » du passé.

OUI l’éducation de nos clients à nos valeurs est important. Mais OUI également, nous DEV(R)ONS nous adapter à leurs nouvelles attentes.

OUI nous avons des habitudes et traditions. Mais OUI encore plus, nous DEV(R)ONS les perfectionner et en adopter de nouvelles.

OUI nous sommes enflammée par notre passion. Mais OUI nous DEV(R)ONS entretenir encore plus fort notre flamme et notre foyer…

Prêt pour écrire un nouveau chapitre de votre aventure d’entrepreneur ? Au plaisir de collaborer avec chacun de vous !

Bonne rentrée à tous !

Cliquez-ici pour vous connecter !